Innover c’est communiquer #IAD15

Et communiquer c’est aussi innover ! Car comme l’exprime si bien Decathlon lors de son événement annuel destiné à promouvoir l’innovation au sein de l’entreprise, les Innovation Awards by Decathlon, l’innovation est bien une invention qui doit rencontrer son marché. Cela passe par une bonne communication tout au long du processus d’innovation. Que l’on soit au stade de veille/recherche ou déjà dans le cadre de la mise en marché¹.

Et même si Aptonia n’est pas une marque Passion très connue de l’empire Decathlon, c’est bien par l’intermédiaire de la communication que son innovation peut prendre corps.

 

L’événement d’hier lui permet d’atteindre un double objectif :

  • en interne : toucher l’ensemble du groupe et communiquer sur les projet réalisés, les brevets déposés, les produits mis ou à mettre en marché, etc.
  • en externe : l’événement réunissant les collaborateurs, les partenaires, les clients de Decathlon – un client inventeur a même été mis en avant hier soir et son prototype, amélioré, est devenu un nouveau produit Oxelo répondant à un besoin réel – mais aussi les clients potentiels, permet aux marques Passion d’élargir leurs cibles.

Nous retrouvons donc ici un des fondamentaux de la démarche consistant à s’organiser pour innover, une action qui fut partagée avec les adhérents lors des échanges d’expériences de l’AMI dès 2008 (c’était déjà une action de communication innovante…) :

Pour Décathlon, l’innovation n’a de sens que si elle contribue à apporter plus de plaisir dans la pratique du sport. Cette logique est bien celle de la démarche de « management de l’innovation », reposant sur la connaissance du besoin de l’utilisateur final (ici le sportif) et consistant à inventer des réponses (des produits) lui donnant satisfaction. L’entreprise s’est donnée une trame de réflexion permettant de hiérarchiser les niveaux de remise en cause de l’offre (produits et services) :

  1. classe 0 : suivre les tendances de la mode
  2. classe 1 : améliorer les produits existants
  3. classe 2 : profiter des évolutions techniques
  4. classe 3 : mieux répondre à l’usage, voire provoquer une rupture,
  5. classe 4 : provoquer l’événement en répondant autrement aux besoins des sportifs.

La démarche d’innovation peut être schématisée en 3 grandes phases :

  • élaboration d’une stratégie permettant d’identifier les axes de différenciation de l’offre de chaque marque Passion,
  • identification des projets prioritaires dans chacune des marques, répondant aux axes stratégiques précédents et s’appuyant sur une veille collective et sur un réseau de compétences internes et externes,
  • traitement des projets prioritaires et mise en oeuvre des nouvelles solutions en impliquant toujours les acteurs (compétences internes et externes) qui contribueront au succès du nouveau produit.

Capture d’écran 2015-10-09 à 15.34.43

 

INDUSTRALISER

Dans le cadre de la phase d’industrialisation¹, les travaux de définition des moyens et de l’organisation à mettre en oeuvre sont essentiels. Et la communication, s’appuyant sur des modèles largement éprouvés ou remise au coeur de l’innovation, reste un pilier incontournable qu’il faut particulièrement soigner.

Le Professeur de sociologie de l’université Paris-Dauphine Norbert Alter le soulignait déjà dans son interview sur « Les trois piliers de l’innovation » :

L’innovation ne se réduit jamais à une bonne idée. C’est un processus, qui se joue pour l’essentiel dans l’appropriation de la nouveauté par ceux qui auront à la mettre en œuvre. On a curieusement tendance à négliger cette démarche d’appropriation, ou à ne la considérer que sous l’angle des freins et des obstacles. Comment, au contraire, valoriser et mobiliser les ressources internes des organisations ? En développant une culture de coopération, qui autorise la transgression, et fasse une place à l’émotion.

Attirer l’attention, susciter l’intérêt, provoquer le désir, et pousser à l’action sont donc des objectifs à maintenir dans la démarche d’innovation, tout au long du processus d’adaptation. Et si on peut innover en communiquant n’oublions pas qu’innover c’est aussi communiquer…

¹ Industrialisation : phase II de la démarche d’adaptation de l’AMI qui permet, à partir des prototypes et décisions prises, de rendre opérationnelle la solution innovante et de proposer aux clients potentiels une offre pré-étudiée répondant aux besoins du marché ; elle succède à la phase I de Veille/Recherche.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *